Accéder au contenu principal

Mageia 2 - 1e partie

J'ai rédigé un article sur Mageia 2, paru dans le magasine "PHP solutions" de septembre 2012 (n°09/2012 (68)). Conformément aux accords passés avec l'éditeur, voici l'article, un mois après sa parution sur papier.


La communauté Mageia a sorti la seconde mouture de sa distribution GNU/Linux, en mai 2012. Ce sera la première vraie version totalement issue de cette nouvelle communauté. La précédente version (Mageia 1) était une personnalisation de la distribution Mandriva Linux 2010.1 avec une mise à jour. Cependant tout ce dont nous voulions était déjà là, parfaitement fonctionnel. Désormais la communauté Mageia nous gratifie d'une vraie distribution entièrement « sauce Mageia », codée et peaufinée par elle, pour les architectures 32 et 64 bits. Étudions cette nouvelle distribution.


De Mandriva à Mageia

La communauté Mageia est née, en septembre 2010, d'un profond désaccord entre les développeurs de la distribution Mandriva Linux et la société éponyme. En bref, les développeurs et beaucoup d'utilisateurs Mandriva reprochaient à la société Mandriva de penser trop à l'aspect commercial au détriment de la qualité du développement. Il est vrai que la société, alors au bord de la faillite (la situation actuelle n'est finalement guère mieux!), licenciait la plupart des développeurs pour se restructurer.

Évidemment, personne n'aime perdre son travail ! Mais ces développeurs tenaient fortement à leur création et ne jugeaient pas la société Mandriva Linux capable de maintenir cette distribution Mandriva. Aussi ces développeurs ont créé un fork de Mandriva rapidement rejoints par beaucoup d'utilisateurs de Mandriva, des utilisateurs eux aussi déçus et inquiets pour leurs distribution préférée. Parmi les griefs des utilisateurs : l'impression d'être traité comme des vaches à lait (disparition de tout avantage au statut de contributeur financier), baisse radicale de la qualité, absence de réelle communication digne de ce nom !

Pour créer le fork de Mandriva, une association de type loi 1901 (donc statuts déposés en France) a été créé sur la base de « contributeurs reconnus et élus pour leur travail » au sein de la distribution Mandriva. Une association à but non lucratif afin de ne plus dépendre d'aspects économiques, donc être délié de toute société commerciale.

« Au delà d'un système d'exploitation libre, sécurisé, stable et pérenne, l'objectif est d'établir une gouvernance stable et légitime autour d'un modèle collaboratif. » (source : www.mageia.org). On l'aura compris, le but est d'assurer la continuation de la distribution Mandriva sous le nom de Mageia selon les critères suivants :
  • totale liberté d'accès pour tous,
  • des outils de configuration totalement intégrés au système,
  • maintien d'un haut niveau d'intégration entre le système de base, le bureau (KDE, Gnome) et les applications, tout en intégrant les logiciels tiers (même propriétaires),
  • ciblage de nouvelles architectures matérielles et des plate-formes,
  • amélioration de la compréhension des machines.
Le nom de ce fork : Mageia, ce qui signifie « magie » en grec. Un trai d'humour en souvenir du premier nom de la distribution Mandriva qui s'appelait Mandrake, célèbre magicien de bandes dessinées, jusqu'à la plainte des ayants droits de la BD.

Pour terminer cette genèse, sachez qu'un fork est le développement d'une application ou d'un système d'exploitation sur les fondations du code existant, mais sous un nouveau nom (et donc un nouveau logo). Généralement, un fork nait soit à l'issue d'un désaccord, soit pour reprendre la continuation d'une application ou d'un système d'exploitation plus ou moins abandonné. Un fork implique de posséder le code source et, de ce fait, les forks ne naissent que dans le monde open-source (problème de droit de propriété oblige dans le monde propriétaire).



Le développement de Mageia

La version en développement est nommée « Cauldron » chez Mageia. Quand on fait de la magie, il est quand même tout à fait normal d'utiliser un ... chaudron pour s'exercer ! N'est-ce pas monsieur Potter ? Chaque cycle de développement durera 9 mois, de quoi équilibrer mise à jour et stabilité, innover et finaliser. Un cycle de développement est découpé en plusieurs périodes (Alpha 1 et 2, Beta 1, Version freeze, Artwork freeze, i18n freeze, Beta 2 (voire 3), Releases freeze, Release candidate (RC) et Final Release).
Chaque version sera supportée 18 mois. A terme, peut-être verrons-nous une version LTS (Long Time Support) de 3 ans ?


A suivre dans le chapitre suivant l'installation.

Posts les plus consultés de ce blog

VirtualBox et USB

Je me suis longtemps battu pour que mes machines virtuelles Windows sous VirtualBox bénéficient d'un support correctement exploitable de l'USB. Bien que je faisais tout ce qu'il fallait faire, impossible de brancher le moindre périphérique USB sur une machine VirtualBox ayant Windows (toutes versions confondues). Je m'étais même tourné vers VMware Player pour avoir une machine virtuelle Windows pleinement exploitable pour mes (rares) besoins Windows de travail !

Bizarrement, ces difficultés n'existent pas avec une quelconque distribution GNU/Linux virtualisée (sauf cas technique bien spécifique à la distribution).

Notez que tous mes essais partent depuis une distribution GNU/Linux (Debian 8 Jessie, Mageia 5, Fedora 25, Manjaro). Pour l'anecdote, naviguant plus ou moins entre ces distributions, j'utilisais la version officielle de VirtualBox sous Mageia tandis que c'était la version fournie par le gestionnaire de paquet pour les autres. Il est donc possi…

WPS Office - WPS Office contre LibreOffice

En mettant en place toute la logithèque nécessaire sur un PC portable neuf, j'ai découvert la suite WPS Office préinstallée. En fait, j'ai découvert que cette suite était aussi disponible pour PC, dont Windows ET GNU/Linux, puisqu'elle est déjà disponible gratuitement pour Android et iOS. Cette suite propose un tableur (Spreadsheets), un traitement de texte (Writer) et une application de présentation (Presentation). L'interface se rapproche beaucoup (voire totalement) de l'interface actuelle de Microsoft Office (exit les menus pour faire place à des onglets thématiques). Voir les liens en bas.

Cette suite est proposé par la société chinoise Beijing Kingsoft Office Software Co sous licence propriétaire.

Les formats proposés sont les formats Microsoft Office et l'export en PDF mais aucunement les formats LibreOffice OpenDocument (ODF).

J'ai poussé la curiosité à la tester brièvement dans deux machines virtuelles, une sous Windows 10 et l'autre sous Mageia 5…

La méteo dans un terminal

Si vous voulez la météo, il existe des tas d'applications graphiques, des extensions dédiées pour divers systèmes d'exploitations et pour divers environnements de bureaux. sans oublier les multiples sites internet.
1 - La météo dans la console Il est également possible d'avoir la météo dans une console. Oui, j'oubliais ! L'astuce est plutôt pour les utilisateur GNU/Linux, BSD, Mac. Brefs, les systèmes d'exploitations qui offrent un terminal. ... On me dit dans l'oreillette que Windows 10 a désormais un "vrai" terminal sauce Linux. Je ne le connais pas, donc m'abstiens. Par contre, pour Windows, vous aurez en fin d'article la variante pour vous ;-)

Revenons à notre terminal. Pas besoin des droits root.

Pour la météo de Toulouse :
$ curl wttr.in/Toulouse
Pour la météo de Brest
$ curl wttr.in/Brest
Cas particulier pour les noms composés :
$ curl wttr.in/Le+Havre
Vous pouvez aussi saisir les coordonnées GPS. Si vous ne les avez pas, vous pouvez l…